Author Archives: Deanna Moore

Skate électrique : comment choisir son Hoverboard ?

hoverboard

Avant de parler des origines de cet étrange appareil qui s’est emparé du monde en un rien de temps, jetons d’abord un oeil pour voir ce qu’est réellement un hoverboard, ce mot que toutes les jeunes bouches ont sur les lèvres.

La technologie derrière un Hoverboard ?

Un hoverboard est fondamentalement une planche avec une roue à chaque extrémité, le centre de la planche sert de plate-forme pour qu’une personne puisse tenir debout dessus et pour ceux qui ne s’y connaissent pas, le centre de la planche est essentiellement divisé en deux parties afin que son utilisateur puisse facilement se tenir dessus.

Maintenant oui, l’hoverboard est alimenté par des piles rechargeables se trouvant à l’intérieur, mais beaucoup de gens s’interrogent sur la technologie qui fait se déplacer le hoverboard, peu importe la direction dans laquelle on veut aller ; Et c’est là où ça commence à devenir intéressant ; les deux portions où une personne est censée se tenir sont équipées de coussinets à capteur gyroscopique et si vous ne savez pas ce que fait un capteur gyroscopique, lisez la définition ci-dessous :

Par définition de base, un gyroscope est fondamentalement une roue ou un disque, sur cette roue, l’axe de rotation est en mesure de se déplacer librement dans toutes les directives qu’il veut. Pendant qu’il y a du mouvement, l’axe de rotation reste inchangé, même si l’appareil est déplacé ou incliné.

L’Origine du skate électrique

hoverboard

La première apparition des hoverboards a commencé en Chine en 2014, et peu de temps après, l’appareil a commencé à devenir de plus en plus populaire en 2015.

L’engouement et la médiatisation étaient si intenses que les célébrités de tout genre commençaient à adhérer à ces hoverboards, et peu de temps après ils ont explosé le marché et ont conquis le monde entier. (Dédicace à toi, Justin, si tu nous lis !)

Toutefois, la partie intéressante est qu’il n’y a aucun nom universellement accepté pour ces hoverboards et la plupart des noms que vous allez voir sur cette liste sont basés essentiellement sur certains des attributs qui leur sont donnés par les sociétés qui les distribuent (non celles qui les fabriquent).

Quel hoverboard devrais-je acheter ? Hoverboard, conseils d’achat

Hoverboards, mini-Segway, Skate électrique, Swegways ou des planches à auto équilibrage – peu importe comment vous les appelez, ces derniers sont très prisés depuis le début du boom en 2016. Comme pour tout nouveau produit sur le marché, vous pouvez les acheter presque n’importe où dans une grande variété de formes et de tailles, mais quel est le meilleur hoverboard pour vous ?

Pour bien vous y retrouver dans ce choix immense, je vous conseille de jeter un oeil à cette infographie sur les hoverboards très claire, réalisée par hoverbot.fr, un très bon fournisseur de skate électrique chez qui vous pouvez aller sans sourciller !

Pouvez-vous en avoir un avec des haut-parleurs intégrés connectés à votre téléphone portable ? Pouvez-vous en dégoter un avec GPS intégré ? Ici, nous vous parlons des différentes fonctionnalités à prendre en considération lors de l’achat d’un hoverboard, ainsi que les lois concernant l’utilisation d’hoverboards dans des zones publiques en 2017.

Nous parlerons ici des différents types de hoverboard disponibles à l’achat, mais si vous cherchez un hoverboard à acheter tout de suite alors vous devriez regarder tout en bas de cette page.

Voici donc les critères à prendre en considération pour acheter son hoverboard.

Différents types d’hoverboard : AirWheel vs hoverboard

Première chose à savoir, il est important de préciser qu’il y a deux principaux modèles “d’hoverboards” – la planche et la roue, appelée AirWheel. Même si en termes de conception les deux modèles sont assez similaires, leur système de contrôle est différent – principalement grâce à l’absence de guidon, une des principales caractéristiques du segway.

L’hoverboard “classique” (la planche, qu’on appelle hoverboard par bus de langage) est composée de deux pièces avec une roue de chaque côté, relié par une charnière se trouvant au centre, leur permettant de pivoter indépendamment l’un de l’autre. Dans cette optique, l’utilisateur n’a qu’à monter sur les pads sensibles à la pression et se pencher vers l’avant pour aller de l’avant et vers l’arrière pour revenir en arrière, et s’ils veulent changer de direction, tout ce qu’il doit faire c’est appuyer davantage sur un pied que sur l’autre.

Appuyer le pied gauche fera accélérer la roue de gauche et fera tourner la planche vers la droite et vice versa. Bien que cela puisse paraître déroutant lorsque c’est expliqué, cela nous a seulement pris quelques minutes pour s’habituer au système.

L’Airwheel

airwheel

Le deuxième type est la roue, mieux connue sous le nom « AirWheel ». Au lieu d’avoir les roues à l’extérieur de la planche, le AirWheel a une grande roue (ou deux, selon le modèle) au milieu du praticable avec une planche sensible à la pression de chaque côté pour que l’utilisateur puisse se tenir debout.

Contrairement à la planche qui utilise deux roues, le AirWheel en a seulement une ce qui rend les virages un petit peu plus difficile à faire. Tout changement radical de direction lorsque vous êtes debout doit toujours venir du pivotement de vos hanches en utilisant votre propre poids corporel – une façon beaucoup moins pratique de conduite, selon nous, mais il a ses avantages que vous découvrirez bientôt.

Taille de roue d’un hoverboard : quelle taille de roue ai-je besoin ?

Similaire à de nombreux modes de transport, la taille des roues est importante. Le hoverboard générique a des roues assez petites, environ 16,5 à 18 cm, pour le rendre plus petit et plus efficace.

Même si c’est très utile pour des surfaces lisses, les utilisateurs de hoverboard risquent de trouver les roues trop petites pour pouvoir rouler sur des surfaces inégales et lorsque les roues retoucheront le sol cela créera des secousses pouvant engendrer une perte de contrôle – surtout lorsque vous roulez à grande vitesse.

Cela signifie que les utilisateurs d’hoverboard devront rouler lentement sur des surfaces irrégulières, même à allure de marche, afin de toujours garder un certain équilibre.

L’utilisation de roues plus petites signifie également que les hoverboards ne seront pas capables de passer les bordures de trottoir, ou tout autre type de surface légèrement surélevée. Nous avons pu voir qu’il était possible de passer sur un tapis si vous gagniez assez de vitesse, mais vous ne nous verrez jamais essayer de gravir un trottoir !

Plus récemment nous avons commencé à voir deux nouvelles tailles de roues entrer sur le marché ; les 20 cm et les 25 cm. Les roues de 20 cm devraient fournir un niveau légèrement supérieur de stabilité plus que ceux qui utilisent les roues 16,5 et 18 cm, tout en préservant son facteur de forme qui est relativement petit et compact.

Cela étant dit, si vous cherchez quelque chose qui pourrait faire du tout-terrain, nous conseillons les 25 cm. Les roues de 25 cm sont visiblement plus grandes que ses homologues plus petits – presque jusqu’au point où elles semblent disproportionnées –, mais elles permettent de gérer du tout-terrain sur des surfaces herbeuses et inégales avec moins de difficultés.

Le AirWheel, quant à lui, est équipé d’un disque beaucoup plus grand, environ 30-35,5 cm, ce qui permet de gérer des surfaces inégales avec facilité, surtout en comparaison aux autres. Le fait qu’il n’y ait qu’une seule roue devrait réduire tous les problèmes de perte de contrôle sur des surfaces inégales, comme nous avons pu l’observer chez certains.

Sur des surfaces difficilement praticables, avec notre hoverboard AirWheel, nous les franchissons avec une facilité déconcertante. Nous avons même vu des utilisateurs avancer avec un AirWheel et le saisir entre leurs jambes pour sauter de la route jusqu’au trottoir, quelque chose qui ne peut se faire avec le hoverboard.

Poids maximal sur un hoverboard : Suis-je trop lourd pour utiliser un hoverboard ?

Le poids est un élément important à prendre en compte – que ce soit celui du hoverboard ou de son utilisateur. Les hoverboards de 18cm peuvent généralement supporter un poids limite d’environ 100KG.

Nous avons vu qu’ils pouvaient encore fonctionner avec des gens un peu au-dessus de la limite, mais l’équilibre global peut en être légèrement affecté. Pour ceux d’entre nous qui pèsent plus de 100KG, vous avez deux options ; vous pouvez opter soit pour l’hoverboard de 25cm ou pour un AirWheel, comme en général les deux peuvent prendre en charge des utilisateurs plus lourds, avec une limite de poids de 120KG.

En termes de poids du hoverboard, il n’y a pas beaucoup de différence entre les différents modèles en vente. Bien sûr, le poids peut varier légèrement selon le modèle que vous achetez, mais un hoverboard 18cm et un AirWheel sont généralement autour de 10 KG.

Il est utile de garder cela à l’esprit pour les moments où vous ne pouvez pas monter le hoverboard et aurez à le porter (transports publics, escaliers, etc.) puisque transporter 10KG supplémentaire peut vous fatiguer assez rapidement. L’hoverboard 25cm pèse un peu plus, jusqu’à 12,5 KG et a plus de plus grandes roues qui résultent en un hoverboard plus difficile à transporter. Le AirWheel a une poignée pour un transport facile, mais les utilisateurs d’hoverboard auront à débourser pour une mallette de transport une somme d’environ €15-20 sur Amazon.

Hoverboards et imperméabilité, peut-on utiliser un hoverboard sous la pluie ?

L’Imperméabilisation est quelque chose à garder à l’esprit lorsque vous achetez un hoverboard. Nous avons fait nos petites recherches et nous sommes rendus compte qu’en règle générale, la plupart des hoverboards ont un niveau d’étanchéité IP54, ce qui signifie qu’ils vont survivre à une éclaboussure d’eau, mais pas plus.

Il peut y avoir des exceptions à cette règle que nous n’avons pas encore trouvée, donc il vaut mieux vérifier auprès du fabricant avant de l’acheter. Les fabricants d’AirWheel en revanche affirment que leur produit est réellement étanche, ce qui signifie que vous serez en mesure de l’utiliser par temps pluvieux (bien que nous ne conseillons pas de le faire !).

Vitesse et autonomie d’un hoverboard

Vitesse et autonomie de l’hoverboard : combien une batterie d’hoverboard dure-t-elle ? Quelle est la vitesse d’un hoverboard ? Jusqu’à quelle distance puis-je aller sur un hoverboard ?

La vitesse et l’autonomie de l’hoverboard sont aussi quelque chose à prendre en compte avant de passer à l’achat. Le haut de gamme des hoverboards peut varier entre les modèles, ainsi certains peuvent monter de 21 à 27 km/h par rapport aux standards qui vont de 19 à 23 km/h. Cependant, tous les modèles peuvent aller jusqu’à environ 16 km/h en vitesse de pointe, mais avec les trottoirs et un manque général d’espace en ville, vous ne pourrez sûrement pas atteindre la vitesse de pointe.

Le cas du AirWheel

Le AirWheel se distingue un peu d’un hoverboard standard en fonction du modèle que vous achetez. Les modèles les moins chers ont seulement une portée d’environ 6 à 10 km/h et c’est seulement lorsque vous payez plus d’argent qu’ils deviennent un peu plus impressionnants ; les AirWheels haut de gamme ont une fourchette moyenne de 38 à 45 km/h. Le AirWheel a une vitesse de pointe légèrement plus élevée aussi, 12 km/h.

Il est également intéressant de noter que la vitesse et la portée moyenne de l’hoverboard ne sont qu’une estimation, car plus la personne est lourde et moins il lui sera possible d’aller vite et loin.

Fonctionnalités supplémentaires : GPS, haut-parleurs Bluetooth, quelles options pour mon skate électrique ?

Certains hoverboards offrent des fonctionnalités supplémentaires pour rendre leur utilisation plus attrayante. Alors qu’il s’agissait tout d’abord d’une rareté, vous êtes maintenant en mesure d’acheter des hoverboards avec GPS intégré pour le suivi global, des hoverboards avec une clé de voiture pour l’activer et désactiver et même des hoverboards avec des haut-parleurs Bluetooth intégrés.

Nous ne savons pas trop si ces modèles « premium » valent le coup, car ils n’ajoutent rien à la performance globale de l’appareil – mais cela se résume à un usage personnel et c’est à vous de voir si vous utiliserez ces fonctionnalités supplémentaires ou non.

Mise en garde : acheter en Chine, bonne idée ?

Comme beaucoup ont vu dans les nouvelles récemment, une vague de « faux » hoverboards font leur arrivée, en fait, 15 000 des 17 000 hoverboards examinés dans plusieurs ports du pays sont jugés dangereux par l’Agence des Normes nationales de Trading.

De nombreux fabricants chinois produisent leurs propres hoverboards sans marque prêts à l’achat, à un bas prix – mais les problèmes liés à la batterie de bord et au câble de recharge peuvent entraîner une surchauffe et exploser.

Ces faux hoverboards peuvent généralement être identifiés par le style de la boîte qui les contient – si c’est une boîte médiocre avec « Smart Balance Wheels » ou « Smart Balance Board » écrit sur le côté avec des directives mal écrites, il risque d’être faux et vous devriez arrêter de l’utiliser tout de suite.

Éloignez-vous des hoverboards bon marché

Si vous trouvez un hoverboard pour €150-250, il est probablement trop beau pour être vrai. Notre conseil est d’aller vérifier les revendeurs, lire les commentaires de modèles spécifiques d’hoverboards avant l’achat afin de vérifier la qualité, ou parcourir ceux répertoriés dans notre article « Les meilleurs hoverboard à acheter ».

Fait intéressant, il semble qu’Amazon ait supprimé toutes les listes d’hoverboards qui représentaient un risque pour les consommateurs. Comme premièrement signalé sur Best Reviews, le revendeur d’hoverboards Swagway prétend qu’Amazon exige que tous les fabricants de hoverboard doivent avoir une sorte de preuve qui prouve que leurs produits sont conformes aux normes de sécurité. Il semble que la société fasse plus d’efforts pour s’assurer que tous les hoverboards achetés via Amazon soient sûrs et à jour avec les normes de sécurité.

Razor Hovertrax 2.0 – le meilleur hoverboard en 2017 ?

meilleur hoverboard 2017

La société affirme elle même que le Razor Hovertrax 2.0 est le meilleur de tous les hoverboards présents actuellement sur le marché en 2017, et même si cette affirmation peut paraître un peu ambitieuse, nous ne pouvons finalement pas leur donner tort, voyons ce qui fait que ce skate électrique est le plus abouti.

Sur le plan sécuritaire

Compte tenu de certains des premiers incidents liés aux hoverboards, chaque hoverboard exige maintenant une attestation UL2272. Cette certification signifie que l’hoverboard est effectivement en règle sur toutes les consignes de sécurité qui sont données par le gouvernement et garantissant ainsi que l’hoverboard n’explosera pas ou que ses batteries ne court-circuiteront pas. Le Razor ne déroge pas à cette règle

Vitesse et autonomie

Le Razor Hovertrax 2.0 offre une vitesse de croisière impressionnante de 13km/h et est livré avec deux moteurs de 350 watts qui sont silencieux et efficaces.

Le Hovertrax 2.0 est capable de rouler pendant 60 minutes sur une charge complète, et la durée n’est pas la meilleure de toutes, mais il est toujours digne d’éloges. Toutefois, vous devriez garder à l’esprit que le poids de l’utilisateur comptera également et devra être pris en compte lors du calcul total du temps de fonctionnement.

Le Razor Hovertrax 2.0 est livré avec une batterie LG, le point positif de cet hoverboard est que les batteries peuvent être facilement changées, donc même si vous tombez à court d’énergie alors que vous êtes dehors, vous pouvez les changer sans tracas. Pour ceux qui veulent connaître certaines spécificités techniques, ces batteries sont des 36V et sont fabriquées par LG.

Fonctionnalités supplémentaires

C’est là où les choses deviennent intéressantes, le Razor Hovertrax 2.0 est livré avec la technologie EverBalance conçue par Razor en personne. Grâce à cette technologie, l’hoverboard peut se lever tout seul, et bien que cela puisse paraître gadget, il permet à l’utilisateur de facilement se tenir debout, et de le monter quand il est prêt.

Dernier point, mais non des moindres, le Razor Hovertrax 2.0 vient avec des fonctionnalités telles qu’une barre lumineuse de LED bleu, des pare-chocs, un indicateur de batterie en LED, ainsi que deux modes entièrement différents qui conviennent aux débutants comme aux utilisateurs avancés.

Le Razor hovertrax 2.0 est l’un des hoverboard ayant le plus de fonctionnalités et l’un des meilleurs hoverboards sur le marché, et il est loin d’être bon marché, mais il est définitivement étonnant, et est en perpétuelle compétition avec beaucoup d’autres hoverboards dans la même tranche de prix.

Apprendre à faire du skate : mode d’emploi

apprendre à faire du skate

Alors comme ça, vous voulez apprendre à faire du skate comme un pro, seulement, payer quelqu’un pour vous coacher ne vous intéresse pas vraiment.

Pas de soucis, mais il va vous falloir un peu de méthode pour savoir exactement par où commencer, surtout si vous êtes totalement débutant.

On va partir du principe que vous avez déjà acheté votre skate et vos équipements de sécurité. Voici les étapes à appréhender pour apprendre le skate par vous même.

1. Le commencement, apprendre à se positionner

Trouvez-vous une surface soft, comme un coin d’herbe. C’est le moment de se sentir à l’aise avec votre position initiale et de vous faire vos premières sensation avec votre planche de skate.

La première chose à déterminer, c’est votre position préférentielle, “Goofy” ou “Regular”, c’est ce qui va vous catégoriser en tant que skater; C’est-à-dire si vous êtes plus à l’aise avec votre pied gauche en avant ou votre pied droit en avant (c’est souvent lié au fait que vous soyez droitier ou gaucher, mais pas obligatoirement, à vous de voir).

Une fois que vous êtes en position, bondissez un peu sur le skate, en fléchissant les genoux et en sautillant, juste histoire de ressentir comment le skate se déplace et se comporte lorsqu’il est contraint aux mouvements.

A ce stade, ne travaillez que votre équilibre, montez et descendez sur le skate, fléchissez les chevilles d’avant en arrières, prenez quelques sensations de débutants.

2. Le bon moment pour pratiquer la chute

C’est le moment idéale pour tomber, ou plutôt, pour apprendre à tomber correctement. Oui, je sais, vous préféreriez ne pas tomber du tout, mais ça, voyez vous, dans le monde aventureux du skateboard, ça n’est simplement pas possible !

S’entrainez à tomber correctement, c’est d’une part réduire l’angoisse de sa première chute, et d’autre part, apprendre à réduire le risque de blessure sérieuse en adoptant la bonne “forme de chute”.

Sur chaque chute, tâcher de rouler et d’adopter la formation de “boule”, en protégeant votre tête et en la rentrant, essayez de rouler, vos protection feront le reste. (note : pratiquez vos chutes sur l’herbe)

3. Il est temps d’aller sur une surface plane

Première leçon, pratiquez en poussant le skate avec votre pied arrière et tâchez de le remettre sur la planche pour adopter votre position préférentielle choisie à l’étape 1 (goofy ou regular).

C’est ce qu’on appelle le push, et c’est le pilier pour faire du skate, voici un cours vidéo :

Quand vous êtes à l’aise avec le fait de rouler sur une surface rectiligne, essayez d’apprendre les virages, en faisant pencher votre poids dans la direction où vous voulez tourner.

Il existe deux types de virages, les backside (on appuie sur la pointe des pieds en penchant le buste vers l’avant) et son opposé le frontside (on appuie sur les talons et penche le buste vers l’arrière).

Les erreurs fréquentes sont de donner trop de poids ou de faire ce transfert de poids trop rapidement.

On distingue les virages du fait de tourner, pour tourner (turn), cela va impliquer de lever l’avant du skate (le nose), on appuie donc sur le tail (arrière de la planche) en orientant les épaules dans la direction souhaitée. On repose ensuite la planche au sol pour équilibrer.

Le mouvement doit être fluide et les épaules doivent l’accompagner.

La dernière leçon que vous devez apprendre afin d’être parfaitement au point avec les bases, c’est de freiner correctement. Pour cela, deux grandes techniques pour les débutants, soit de mettre le pied au sol pour ralentir progressivement, soit de lever l’avant de la planche en appuyant sur la planche, cela requière un peu plus de pratique.

Je vous laisse regarder l’excellente vidéo ci dessous pour bien comprendre :

https://www.oxelo.fr/conseils/apprendre-faire-du-skate-rouler-tourner-et-sarreter-en-skateboard-a_1788

Regardez les autres skateurs et apprendre d’eux

Vous savez maintenant dompter votre planche pour avancer, tourner et freiner (vous êtes même capable d’appréhender une chute au cas ou), il est temps de passer aux choses sérieuses. Cela va forcément passer par aller au skatepark du coin pour une phase d’observations, accordez une attention toute particulière aux détails, regardez les faire, et demandez les des conseils (tip du jour : vous pouvez facilement les approcher avec un pack de bières).

Une fois chez vous, essayez de reproduire ce que vous avez appris, et profitez en pour aller regarder des vidéos de tutoriels en ligne. Il y a des tonnes de vidéos bien expliquées sur Youtube.

5. SkaterTrainers : de petits accessoires bien utiles pour débutants

skatertrainer pour débutant idéal

figures débutantsA force de regarder les vidéos tutorielles sur les différentes figures de skate, vous devriez commencer à connaitre par coeur la théorie, et pourtant en pratique, vous continuez d’échouez ?

Voici quelque chose qui peut vous donner un coup de main.

SkaterTrainers, ce sont de petites roulettes très robustes qui tiennent votre skateen place et vous permettent d’essayer des tricks au ralenti, de pratiquer vos mouvements sans crainte que la planche ne se barre !

Vous pouvez les acheter ici sur Amazon.

Une autre possibilité est de pratiquer sur herbe.

6. C’est en skatant qu’on devient skateur !

Vous savez maintant tenir debout sur une planche, pousser, tourner et atterrir. Vous êtes fin prêt à commencer votre pèlerinage, pour arriver au prochain niveau, vous devrez vous entourer et vous faire des amis au skatepark, vous allez voir, la communauté des skateurs est plutôt très cool !

Bonus : Voici 10 tricks sympa à faire et qui ne sont pas si compliqués que ça, idéaux pour les débutants qui veulent commencer à rentrer quelques figures !

Finger Skate : comment en faire et quoi acheter ?

finger skate figures

Un finger skate est une mini planche de skateboard d’environ 96 mm vous offrant la possibilité de faire des tricks ou figures de skate à l’aide de vos deux doigts plutôt que de vos pieds, le tout sans vous blesser !

Le tout premier finger skate a été créée par Cam Fox Bryant. Le truck génial avec ces minis planches, c’est que les figures accomplies avec les doigts sont strictement les mêmes qu’avec les skates réels, et ce sont les mêmes techniques utilisées ! Donc techniquement, si vous assimilez le finger skate, vous aurez toute la théorie nécessaire pour devenir un vrai skater !

Comment utiliser un finger skate

Le Finger skateboard est très populaire chez les adolescents, personnellement, il m’a bien occupé durant mes heures interminables de philosophie !

Il est conçu pour être identique en tout point à une véritable planche à roulettes. En pratiquant régulièrement, vous ne brûlerez pas de calories, mais serez à même de réaliser presque tous vos tricks favoris pouvant être faits sur un véritable skate.

La toute première chose à faire, c’est de vous procurer un finger skate, et vous avez de la chance, il en existe des tonnes, accompagnées par toutes sortes de modules, des finger skateparks, des barres de grinds et j’en passe ! Voici par exemple un gamin qui n’a pas niaisé avec son finger skatepark, il suffit de bricoler un peu pour faire de véritables merveilles !

finger skatepark

Pour vous initier, vous pouvez vos procurer un kit de débutant qui comprend un miniskate avec des accroches, afin que vos doigts ne quittent pas la planche.

L’étape suivante consiste à maîtriser la “position standard” à l’aide de vos deux doigts. Placez votre index sur le milieu de la planche et le majeur à l’arrière de celle-ci, le tail pour parler technique (l’avant étant le nose).

Le constructeur Tech Deck propose également des rails fabuleux, des rampes et d’autres types d’obstacles que vous pouvez utiliser avec vos doigts.

Dans un premier temps, vous pouvez utiliser la trousse de tout bons écoliers pour vous faire votre skatepark, crayons, agrafeuses, livres etc.

Commencez par essayer de maîtriser votre première figure, le pop shuvit. Regardez la vidéo ci-dessous et apprenez de ce lycéen bien entrainé ! Tout comme avec un skate réel, effectuez une poussée sur l’arrière de votre miniskate avec votre majeur et avancez légèrement votre index, comme pour donner une mini pichenette à la planche.

Replaquez ! Whouaou, quelle classe vous avez !

https://www.youtube.com/watch?v=OD80CLLxXTQ

5 figures de finger skate expliquées

Voici quelques-uns des meilleurs tricks de finger skate que vous devez essayer de maîtriser !

1. Comment faire un Ollie ?

Figure de base du skateur, le Ollie doit impérativement être maîtrisé pour espérer aller plus loin, alors au boulot ! En position standard, appliquez une pression sur votre majeur en appuyant vers l’avant pour amener le nose de la planche dans l’air. Déplacez légèrement votre index vers l’avant vers le nez afin d’équilibrer la planche tout en soulevant la queue hors du sol. Votre mouvement doit être rapide et équilibré.

Concentre-vous, ne désespérez pas, il va vous falloir un peu de patience pour bien le comprendre.

https://www.youtube.com/watch?v=Feiip4-q2RE

2. Comment faire un Kickflip

Le Ollie est maitrisé ?

Bien, passons au kickflip, un poil plus dur.

Mettez vos doigts dans la position initiale du Ollie, cependant, déplacez l’index un peu plus vers l’avant du fingerskate. En utilisant votre majeur, appliquez une pression sur le tail (arrière su skate, aussi appelée queue) afin que le nose se soulève.

https://www.youtube.com/watch?v=AIu98X-l150

3. Comment faire un Heelflip

Le Heelflip est un kickflip à la différence près qu’il s’effectue dans le sens inverse. Placez vos doigts en position de Kickflip. Soulevez le skate et chassez votre index en direction opposée de votre corps.

https://www.youtube.com/watch?v=VLhNmxn_ND8

4. Comment faire un vert trick

Pour les “vertical tricks”, il va vous falloir une rampe, mais ces tricks sont peut-être un peu plus simples à maîtriser comme vous pouvez le voir dans la vidéo. Une fois assimiler les concepts pour monter et descendre la rampe, vous pourrez vous attaquer aux figures réalisables en haut de “pipe”, comme les grinds et autres.

https://www.youtube.com/watch?v=Z1H49iJ14ms

5. Comment faire des grinds

Perso, ce sont là les figures de finger skate que je préfère. Commençons avec le 50-50 (fifty-fifty), un grind qui s’effectue au milieu des deux trucks (les trucks sont les structures métalliques situées sous le skate).

Approchez vous de la barre, partez en Ollie puis venez plaquer vos trucks sur la barre, grindez jusqu’au bout de la barre puis ressortez en Ollie à nouveau.

Découvrez plus de tricks sur le très bon trickipedia de ce site de fingerboard.

Voilà, bienvenue dans le monde fascinant des Finger skateboard, vendu initialement en tant que porte-clés, ce n’est que plus tard que les constructeurs ont réalisé l’enjeu commercial. C’est alors très vite devenu un passe-temps de jeunes hommes et de passionnés de skate.

Maintenant, il y a des compétitions dans différents pays comme ici en République tchèque, comme vous pouvez le voir, il y a du level !! Serez-vous au niveau ?

Voici les meilleurs skateparks au monde !

meilleurs skatepark monde

Il est bien loin le temps où les skateurs devaient sauter les clôtures et se faufiler dans des parcs après la tombée de la nuit pour trouver les meilleures surfaces.

Le skateboard est maintenant un hobby et une industrie internationale, qui connait sans cesse une hausse de popularité. Partout où vous allez, de Poughkeepsie à Prague, vous trouverez des skateurs qui déchirent toutes sortes de surfaces.

Pour le dire d’une autre façon: il y a une foule de skateparks à travers le monde. En voici une courte liste bien loin d’être exhaustive.

Il y a de tout, intérieurs et extérieurs, commerciaux et publics, du débutant au hardcore, et si le skate y est la principale discipline pratiquée, rien ne vous empêche d’aller y faire du vélo ou du patin à roulettes.

25. Livingston Skatepark AKA ‘LIVI’ : Livingston, Ecosse

Livingston Skatepark (Livi)

Infrastructures : Bowls,quarter-pipes
Type : Outdoor
Site internet : http://livingstonskatepark.com

Probablement le parc de skate le plus célèbre d’Ecosse, Livi a été construit en 1981. Il s’agit d’un véritable point de repère de skate de l’ancienne école en Europe. Il est assez difficile d’y skater, mais ceux qui le maîtrisent sont des légendes vivantes.

24. Area 51 Skatepark : Eindhoven, Pays Bas

Infrastructures : Ledges, pyramides,mini-rampes, bowls et barres
Type : Indoor
Site internet : http://area51skatepark.nl

Les «hivers d’Eindhoven» sont les pires, alors il est préférable d’avoir l’un des plus grands stands de skate d’intérieur d’Europe pour rester occupé jusqu’au printemps.

Avec presque tous les types de modules possibles, vous ne remarquerez même pas que les tulipes fleurissent à l’extérieur.

23. Skatepark Los Reyes : Santiago, Chili

skatepark los reyes chili

Infrastructures : Multiples bowls, ledges, escaliers, hubbas, quarter-pipes, euro gap
Type : Outdoor
Site internet : https://www.facebook.com

Le plus skate park du Chili, Los Reye,s est situé sur les rives de la rivière Machopo. C’est l’un des parcs les plus pittoresques du monde. Il y a là assez de modules pour vous tenir occupé pendant des jours et des nuits !

22. Vans Skatepark : Orange, Californie

vans skatepark californie

Infrastructures : Ledges, bowls, hubbas, handrails, banks, quarter-pipes, mini rampes, Rampes verticales, pyramides, euro gap et Barres
Type : Indoor
Site Internet : http://www.vans.com

Vans a fait des chaussures de skateboard pendant des décennies et, en 1999, la sociétéa décidé de faire un skatepark haut de gamme dans le comté d’Orange. Avec la création du fameux Bowl Upland et un vaste parcours en bois, ce parc ne déçoit pas !

21. Vancouver Skate Plaza : Vancouver, Canada

Infrastructures : Ledges, pyramides, banks, hubbas, manual-pads, handrails, escaliers etbarres
Type : Outdoor avec certaines parties couvertes
Website: http://vancouver.ca

La célèbre “Skate Plaza” de Vancouver a tout ce qu’un skateyr de rue pourrait vouloir. Situé au centre-ville de Vancouver, il est très courtisé depuis 2004.

20. Stockwell Skatepark : Londres, Angleterre

Stockwell Skatepark

Infrastructures : Bowls, quarter-pipes
Type : Outdoor

Aka “Brixton Bowls” et “Brixton Beach”, Stockwell est l’un des parcs publics les plus anciens d’Angleterre. Situé au cœur de Londres, il a été récemment été refait à neuf et il est plus populaire que jamais.

Ces skateuses pros qui jouent dans la cours des grands IZY !

skateuses pros

Depuis le début de l’ascension du skateboard, peu de skateuses pros sont réellement sorties du lot et devenues connues. Il y a bien entendu eu Peggy Oki ou Patti MacGee dans les années 60, mais pas tellement plus.

Pour des raisons que la raison ignore, il y a toujours eu cet écart entre les deux genres dans le monde du skateboard, le style des garçons est souvent plus apprécié aux yeux des amateurs de la planche à roulettes, mais certaines skateuses ont su réduire petit à petit cet écart entre les deux styles.

Dorénavant, il existe des filles qui déchirent totalement en skate, et c’est tant mieux ! En voici 10, toutes sur le point d’écrire de nouveaux chapitres dans l’histoire du skate, certaines peuvent même jouer dans la course des garçons à l’A.I.S.E !

Evelien Bouilliart

evelien bouilliart

C’est certainement la meilleure skateuse pro d’Europe, elle nous vient de Belgique et remporte des contest depuis 2005 ! Elle ne semble pas décidée à lâcher les podiums comme ça, tout comme les sponsors ne semblent pas décidés à la lâcher à l’image de Nixon.

Très technique, Evelien n’a absolument aucune peur d’affronter les barres et les escaliers. Son trick favori, le Feeble Grind qu’elle réalise comme nulle autre !

Alana Smith

alana smith Archi jeune, archi bourrée de talent, la benjamine de 17 ans n’a rien, mais alors strictement rien à envier aux autres, pas plus qu’elle n’a besoin de faire ses preuves.

Originaire d’Arizona, c’est à Phoenix qu’à débuté le parcours, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la jeunette n’a pas chômé. À 12 ans, elle cale devient la première fille à caler un McTwist en compétition…INSANE !

Nora Vasconcellos

Nora Vasconcellos Originaire de Pembroke, Nora est sponsorisée par Converse, elle se distingue par son style puissant, c’est simple, Nora va plus haut, plus loin et plus vite que n’importe quelle autre fille sur une planche.

Elle n’a pas froid aux yeux, et en plus de déchirer sur un skate, elle est aussi très drôle comme en attestent certaines de ses vidéos délirantes. Sérieusement, ne reproduisez pas ça chez vous !

Amelia Brodka, douée et jolie à souhait

Amelia Brodka Originaire du New Jersey, la jeune Amélia (27ans) est sponsorisée par Vox Footwear. Elle n’a pas simplement un talent fou pour le skate, mais aussi pour les études, étant double diplômée de l’USC.

On lui doit la création d’Exposure, un concours de skate féminin, qui a vu naître le tout premier 540 réalisé par une femme en compétition. Son truck à elle, c’est les bowls, Amelia repousse sans cesse le skateboard féminin vers de nouvelles limites.

Lizzie Armanto

lizzie armanto Originaire de Santa Monica, elle est sponsorisée par Van’s, entre autres. La native de Santa Monica a fait ses classes dans les “bowls” de la fameuse “Venice Beach” et a rapidement gagné le respect des pros et des locaux.

Lizzie participe à des contest de bowl partout dans le monde et s’est même hissée en au classement général du “World Cup of Skateboarding points race” en 2007, pas mal !